"Florebo quo ferar"

Billet

Un jour, je quitterai sans regrets les expositions à cimaises, où l'on accroche son nombril que l'on propose à un parterre de happy few, entre exhibitionisme et prostitution. .
Jugé à l'aune de l'emplacement ou du coordonné au papier peint...Je fuirai les groupes, cénacles, chapelles, et tout leurs académismes.

Je veux naviguer en pleine mer, loin du cabotage et du cabotinage satisfait de l'art financier post-moderne.
Ils sont toujours post - quelque chose et cela les résume . Je veux investir les lieux, et créer un monde, pas une exposition...
Je veux être actuel, vivant, joyeux, créatif...

Nous savons tous l'état lamentable du marché de l'art "à la française".
En 1950, 80% de marché de l'art mondial passait par la France, 40 % en 1990, 2,4% aujourd'hui.
Le nombre d'artistes-peintres vivant de leur peinture en France ne cesse de régresser.
Nous avons créé le triangle des Bermudes de l'Art...Disparu.
"Art" hors-sol, hors âme, discours stérile.

Il faut revenir aux principes de l'art et des civilisations valables depuis 60 000 ans.
Revenons à la simplicité de notre métier : se réapproprier l'espace pour tenter de le transcender..

Il n'y aura d'Art que si notre civilisation est capable de sursaut, si il y a une nécessité à cette création.
Sinon nous serons civilisation morte... donc sans Art
Car l'art n'est jamais que le miroir du monde où il s'épanouit. C'est vous qui déciderez de l'art de demain.
Si vous voulez vivre, si vous refusez le non-art que l'on nous impose , alors tout sera possible...

"Ne peignez pas ce que vous voyez, mais ce qui Est. Ne peignez pas la réalité, mais la Vérité"
disait mon maître Omer Van de Weyer
Cela reste mon principe directeur.

Mon e-mail : peltier@favolus.com


english